Bibliothéque d'Elsamarie

Adonia l’apôtre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Adonia l’apôtre

Message  elsamarie le Ven 15 Oct - 9:58

Hagiographie de l’apôtre Adonia


Sa vie avant Christos


Adonia est née en Grèce, à Athènes, cinq années après la naissance de Christos. Elle passa son enfance à travers les routes du bassin méditerranéen. Son père, négociant et commerçant, lui fit partager sa connaissance des langues dés son plus jeune âge. Elle provoquait ainsi l’admiration de tous y compris de ses parents qui la comblaient chaque jour de son existence.

Eu égard aux échanges avec une multitude de peuples, son sens du partage et de la tolérance prenaient chaque jour de sa vie une ampleur considérable. Malgré son jeune âge, son savoir et son élocution faisaient l’admiration de tous. Adonia aimait cette vie.

Seulement, plus elle grandissait plus la jeune fille se transformait en une jeune femme dont la beauté ne laissait pas indifférent.
C’est lors d’un voyage en Galilée que son père rencontra un homme puissant, négociant, et qui, ayant rencontré Adonia, lui demanda sa main. Son père ravi d’une telle union donna son accord au grand désarroi de sa fille. Elle envisageait cette future union comme un frein à son esprit et à son goût de liberté tant l'homme, certes riche, était rustre et peu attiré par les choses de l'esprit.

Sa vie avec Christos


Dépitée et après maintes querelles avec son père, c’est plein de doutes et de colère qu’Adonia quitta la maison pour aller à l’extérieur de la ville.
Lors de cette marche, elle fut sortie de ses pensées par un attroupement autour d’un homme que l’on disait venir du désert.
Chaque personne étaient en admiration devant ses propos. Tous le contemplaient et semblaient respirer la sérénité. Adonia s’approcha pour l’écouter. Elle aussi fut subjuguée. Ses paroles parlaient d’amour, d’amitié du Très Haut…Chaque être sur terre devait suivre les chemins de la Vertu et ainsi lutter contre la bête sans nom. Subjuguée, elle s’approcha…et tendit l’oreille quand il parla d’enseignement et de se joindre à lui afin de faire passer son message à travers le monde. Elle sut alors en son fort intérieur qu’elle le suivrait.

Adonia dit : Je souhaite vous suivre …
Christos dit : " Vous voulez me rejoindre ? Dans ce cas ayez beaucoup d’amour dans votre cœur et suivez-moi, partagez un peu de votre temps et de vos biens le temps que vous pourrez. Par contre si vous choisissez de vous dédier à guider les autres sur la voie de l'Eglise, il faut alors que vous soyez prêts à lui donner priorité. Alors prenez de la distance par rapport à vos biens, à votre travail, à vos outils, dites au revoir à votre famille… Préférez la simplicité et l'instruction aux riches ornements et aux beaux atours. Car notre tâche nécessitera de sacrifier le bien personnel au bien collectif, mais en échange vous serez sacrée parmi les enfants de Dieu. "

Et il dit encore :

" Si votre famille ne vous comprend pas, priez pour elle, car elle n’est pas sensible au message de Dieu.
Si celui qui vous embauche vous en veut, ne lui en voulez pas, et priez pour lui, car il n’est pas sensible au message de Dieu.
Si vos amis vous retiennent, alors entraînez-les avec vous, afin qu’ils découvrent aussi le message de Dieu.


Elle rejoignit donc Titus, Samos et les autres apôtres aux côtés de Christos en quittant tout sur son passage. Les miracles auxquels elle assistait la confortaient chaque jour dans son choix. Sa capacité à faire passer le message du Très Haut aux différents peuples parlant des langues différentes émerveilla tout le monde.
Ils avaient déjà parcourus de multiples pays quand Christos et ses disciples se rendirent à Jérusalem. La souffrance partagée en ces lieux renforça sa Foi. Une fois la condamnation prononcée et exécutée, elle décida de suivre ses compagnons d’infortune et d’aller propager le message et les valeurs d’Aristote. Leur communauté liée par l’amitié ne cessait de s’agrandir grâce aux baptêmes qu’ils effectuaient.

Sa vie après Christos


L’éloignement

Ses capacités à communiquer avec différentes peuplades l’incita à quitter ses Frères et aller dans des contrées de plus en plus éloignées afin d’y propager la parole. Chaque année passée à diffuser l’enseignement de Christos faisait émerger une dizaine de disciples, de prêtres.
Mais elle voulait faire plus. Toujours plus vite. Alors, au fil du temps, elle s’éloigna du monde peuplé pour travailler à la réunion de chaque ethnie autour d’un seul langage et d’une seule écriture.
Elle travailla jour et nuit à la tâche. La rédaction de la parole du Très Haut dans une langue universelle afin que tous puissent bénéficier de l’enseignement d’Aristote, de Chritos… fut un jour terminée. C’est avec ce livre qu’elle décida alors de retourner au monde du vivant.
Elle rencontra sur son chemin Paulos. Fière de son travail elle lui montra son œuvre…


Paulos : Qu’as-tu fais là ma sœur ?
Adonia : Je ne comprends pas ton air horrifié Paulos. N’es-tu pas content de voir tous les peuples se comprendre en une seule langue ? Ne vois-tu pas venir vers nous plus de disciples, de prêtres, de curés ?
Paulos : Cette ambition t’a aveuglée chère Adonia. As-tu oublié le chapitre VII de la préhistoire ? Il est dit :

« Les cités se concurrençaient de plus en plus pour le contrôle des ressources. Ce qu’elles ne pouvaient avoir par le commerce, elles tentaient de l’obtenir par la force. Ainsi, chaque cité organisa une armée, engageant des soldats, afin de combattre pour enrichir leur communauté et ses dirigeants.
Alors, Dieu décida de leur permettre d’apprendre ce qu’était l’amitié, afin que, plus jamais, un humain n’en tue un autre. Il divisa le langage unique en une multitude de langues. Les humains ne se comprirent alors plus entre les cités. Le Très Haut leur permit ensuite de pouvoir apprendre les langues qu’ils ne connaissaient pas. Cet apprentissage nécessitait pour chacun de s’ouvrir à la culture de l’autre. Ainsi, ils étaient moins enclins au combat, étant donné les efforts nécessaires pour apprendre les langages de ceux qu’ils voulaient attaquer. »


Adonia, effondrée, s’écroula puis pleura ne comprenant pas un tel égarement. Paulos la réconforta et lui affirma que son talent devait servir à réunir les peuples mais qu’il ne devait pas l’assister, faisant ainsi les desseins de la bête sans nom.

Le retour de la Foi


Sa rencontre avec l’apôtre lui fut salutaire. Elle retrouva donc la raison et alla cacher son œuvre afin que personne ne puisse découvrir ce livre.
Elle parcouru le monde et créa de nombreuses écoles où chaque élève était chargé de traduire et d’écrire la Parole et ce, dans toutes les langues.
Dans le plus grand secret chaque disciple s’attachait à œuvrer afin de propager cette amitié aristotélicienne.

Son enseignement


Tout comme les autres apôtres, Adonia avait accepté de propager la parole du Très Haut. Elle diffusa cette parole autour du bassin méditerranéen puis dans des contrés beaucoup plus éloignées.
Sa grande capacité à communiquer l'aida à étendre le nombre de baptisés au travers le monde.

Adonia contribua au rapprochement entre les peuples. En servant d'intermédiaire, elle les aida à se comprendre. Elle renforça ainsi la communion fraternelle autour du Livre des Vertus.

Il n'est jamais facile d'enseigner la parole du Très Haut sans que son message soit dénaturé à cause d'incompréhensions. Adonia eu dans ce domaine un rôle important à tenir. Grâce a son don, l'enseignement du Très Haut fut communiqué sans omissions, sans retranchements, sans ajouts. La parole de l'omniscient ne s'est jamais dégradé au fil des voyages et du temps.

Quelques citations :


"Allez, faites de toutes les nations des disciples du Très Haut, unis dans cette amitié aristotélicienne."

"Enseigner la vraie parole telle qu’elle a été enseignée, afin d’être capable d’exhorter selon la saine doctrine et de réfuter les contradicteurs"

"Enseignez mais avec patience, compréhension de celui qui vous écoute. Car sachez le, il n'est pas de plus réel danger que cela qui croit enseigner la vrai parole alors qu'elle n'est que détournée."

Son départ de la vie terrestre


C’est en apprenant à lire la parole d’Aristote à de jeunes garçons et filles qu’un jour elle fut arrêtée et dénoncée par le père de jumelles. Accusée de fourvoyer la jeunesse, elle fut emprisonnée à Rome pour y être torturée.
Malgré la férocité des interrogatoires elle ne livra jamais à ses tortionnaires les différents lieux où la parole était écrite et enseignée.
C’est épuisée qu’elle fut jugée et condamnée à la crucifixion, 15 ans après la mort de Christos. Son corps fut ensuite brûlé afin d’éviter que ses disciples viennent récupérer ses restes.

Relique

Un garde corrompu donna à ses élèves le linceul sur lequel elle s’allongea après chaque acte de torture subie.


Traduit par monseigneur Dariush
avatar
elsamarie

Messages : 2195
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum