Bibliothéque d'Elsamarie

Les Bienheureux: Julie-Libérée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Bienheureux: Julie-Libérée

Message  elsamarie le Dim 18 Juil - 13:58

Hagiographie de Bienheureuse-Julie-Libérée (701 - 713 apr JC)



L'enfance de Bienheureuse-Julie:

Bienheureuse-Julie-Libérée, fille du roi de Braga de Regna Sabuedo naquit au VIII siècle. Depuis toute enfant, elle avait la réputation d'être très belle et réservée, délaissant les jeux de son âge, préférant se retirer dans sa chambre pour méditer. D'ailleurs, le caractère de sa fille et son air effacé convenaient très bien au roi soupçonneux qui pensait qu'on pourrait ainsi plus aisément la marier dans un but politique et économique, à quelque riche prince doté de moult terres et richesses propres à accroître la renommée de la famille royale.

La découverte du Livre des Vertus :


Mais, ce qu'il ne pouvait pas savoir, c'était qu'un matin au réveil, Julie-Libérée avait trouvé un livre sous son oreiller. Loin de s'en étonner, celle-ci pensa à un cadeau de son père, homme bourru mais toujours généreux envers elle et elle lut l'ouvrage avec une telle passion que bientôt elle tomba amoureuse du héros de l'histoire qui mourrait sur une croix et crut dur comme fer à ce récit.

Pourtant, lorsqu'elle alla trouver son père pour le remercier du cadeau, celui-ci nia en être l'auteur, et, inquiet, il commença à faire mener une enquête à l'intérieur du palais pour savoir qui avait eu l'audace de faire ce don à sa fille. En vain.

Cependant, il était loin de soupçonner l'influence que celui-ci avait eu sur sa fille et lorsqu'à 12 ans un troubadour de passage à la Cour lui conta l'histoire de Christos mort sur la croix en raison de sa foi aristotélicienne dont elle appris ainsi l'existence, la jeune fille ne put que reconnaître le héros de son livre et elle décida de consacrer désormais sa vie entière à ce dernier.

Le projet de mariage et son échec :


Pendant ce temps, le roi, lui, de son côté, poursuivait la volonté de faire accomplir à sa fille un mariage politique et déjà il avait conclu un pacte avec le roi Vergeborder, roi de toutes les terres connues d'Afrique et immensément riche, lequel lui avait promis, outre une dot rondelette, un certain nombre de territoires de l'Afrique encore inexplorée, dont on jurait qu'ils ruisselaient d'or.

Aussi, un matin de décembre, le roi s'ouvrit-il du projet de mariage à sa fille qui s'y opposa fermement après quelques instants de panique.
Le père, pourtant, crut à un simple caprice d'enfant gâtée et voulut lui le lui imposer de force. Des lèvres de Julie-Libérée sortirent alors ces mots: " La raison, sans l'approbation du coeur, est comme une coquille vide. L'essentiel est ailleurs, et Dieu dépasse les contrastes des parties " (je cale sur cette citation, je n'arrive pas à la trouver dans la Vita).

La barbe de Ste-Julie :


Le père ne comprit pas immédiatement ce que sa fille voulait dire, mais, voyant à son chevet un livre dont le titre était: Livre des Vertus II: vie de Christos, intrigué, il l'emporta afin de le lire. C'est ainsi qu'il comprit que sa fille était tellement éprise de Christos qu'elle en venait à prononcer les mêmes mots que lui et à mépriser la foi païenne de ses ancêtres.
Aussi résolut-il de faire revenir celle-ci à la raison manu militari, mais quand il entra dans la chambre, il fut en proie à une vision d'horreur: une longue barbe hirsute avait poussé sur le visage de sa fille.
Affolé, il tira dessus, croyant à une farce, mais il ne parvint qu'à déclencher les cris de la malheureuse.

" Quel sortilège est-il donc arrivé à ma fille ? A quel maître des Ténèbres obéis-tu donc pour être ainsi réduite à l'état d'homme ?" Pour toute réponse, Libérée dit: " Ce que tu prends pour un sortilège, c'est une demande de moi ... puisque les hérétiques sont comme les fourmies, il reviennent toujours" et elle ajouta: " Mon père, j'ai prié le Très Haut afin qu'il me rende laide par amour pour Christos, afin que je puisse lui consacrer ma virginité, ce qui ne pourra se faire si j'épouse l'homme que tu me destines."

Le martyre de Ste-Julie :

Le Roi, maintenant furibond, chercha encore néanmoins un dernier moyen de convaincre sa fille qui dit : "Mon père, les paroles qui sortent de ma bouche ne sont pas seulement une récitation de formules apprises par coeur dans les livres; c'est Christos qui les prononce à travers moi, par amour pour moi et moi pour lui."

Fou de rage et de douleur pour le manque de respect de la part de sa fille le père lui dit : "Si tu aimes autant Christos que tu le dis, tu mourras comme lui ! Es-tu prête à sacrifier ta vie sur la croix, comme lui ?"
Libérée lui répondit seulement par un signe affirmatif de la tête.

Aussi, par un 7 février glacial, le roi fit-il clouer sa fille sur une croix devant tout le peuple assemblé, afin de l'édifier: " Ma fille se rebelle contre mon autorité; elle ne veut pas épouser l'homme auquel je la destine et qui la rendrait riche et heureuse mais lui préfère un certain Christos, un faux prophète; qu'elle soit exécutée !".

Comment ce martyre convertit les sujets du roi :

Ce spectacle eut l'effet inverse; en peu de mois, beaucoup de ses sujets s'informèrent sur ce Christos et devinrent aristotéliciens à cause de l'amour que celui-ci avait préché en comparaison avec les cruautés de la religion païenne qu'ils abandonnèrent à cause de cela. Le Roi, épuisé par tant de rébellion et à bout de forces physiques et morales, mourut au crépuscule du 7 septembre de la même année.

Ste-Julie protège une artiste pauvre :

Peu après la mort de la Bienheureuse, son culte se répandit de façon importante et partout fleurissaient des crucifix avec des femmes barbues symbolisant la fille du roi qui, à travers son sacrifice, avait fait connaître à tous la religion aristotélicienne et l'amour pour le prophète et le Très-Haut.

Or, un jour, alors qu'une pauvre violoniste jouait devant une statue de la Bienheureuse, celle-ci s'anima et tendit à la pauvre femme un soulier d'argent pour soulager un peu sa misère. Accusée de vol, la musicienne fut condamnée à mort. Cependant, devant ses prières insistantes, la pauvre condamnée obtint de venir se recueillir une dernière fois devant l'image de la Bienheureuse et là, devant toute la foule assemblée qui n'en croyait pas ses yeux, Libérée donna à la musicienne le second soulier de la paire de chaussures, prouvant ainsi l'innocence de la violoniste.

------------------------------------
Fête de la Bienheureuse le 7 Février
Reliquie : xylogravure de la Bienheureuse gardée à Guastalla Crocifisso Ligneo de la Bienheureuse à Fornoue.

Bienheureuse protectrice des artistes et des vagabonds.
avatar
elsamarie

Messages : 2195
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum