Bibliothéque d'Elsamarie

L'art de la guerre au Moyen Age

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'art de la guerre au Moyen Age

Message  elsamarie le Jeu 5 Aoû - 9:25

Faire la guerre au Moyen Âge


Stratégie militaire

Au Moyen Âge, à l'exception de Crécy, Bouvines ou Azincourt, il n'existe pas vraiment de grandes batailles. La majorité des opérations militaires consistent à éviter la bataille rangée et l'affrontement en rase campagne. La majorité des conflits ne sont que des escarmouches ou des embuscades (cependant meurtrières), des raids et des opérations relativement courtes mais avec des déplacements relativement longs en raison de la progression lente des armées. Souvent, dans les conflits locaux, il s'agissait de mettre en difficulté son adversaire en l'affaiblissant militairement (perte d'hommes, de matériel...) et économiquement (demande de rançons, destruction des ressources). Ainsi, il était coutume d'engendrer la crainte et la terreur, ce qui explique les sacs, pillages et autres rapines qui touchaient le plus souvent des populations pauvres et innocentes


La bataille de Crécy (1346)
(Bibliothèque Nationale de France)

Tactique militaire

Le plus souvent, une armée était une combinaison de cavaliers et d'hommes à pied, ce qui aboutissait à un dispositif assez complexe qui était l'œuvre de grands tacticiens comme Charles le Téméraire par exemple. Il ne faut pas oublier qu'à l'époque, il n'existait pas de cartes d'état-major. Les commandants en chef n'avait une connaissance du terrain qu'en employant des espions ou des guides locaux. L'usage des cartes n'apparaît qu'au cours du XVe siècle pour les opérations terrestres, alors qu'on en employait depuis le XIIIe siècle pour les expéditions nautiques.

La bataille rangée

Refusée la plupart du temps, la bataille rangée était cependant le point le plus culminant de toute campagne. Il existe trois types de combattants au cours des batailles :


* La cavalerie montée : Constituée de 3 ou 4 rangs de cavaliers formant une « bataille ».L'ensemble était constitué de petits groupes tactiques appelés « conrois » groupés autour d'une bannière représentant une famille ou un seigneur. On formait alors des blocs de cavaliers et de lances le plus serré possible. Les cavaliers se mettaient lentement en route pour conserver l'alignement, puis accélérant au moment d'arriver sur l'ennemi. Le but était de disperser l'ennemi, pour former des groupes isolés facile à vaincre.
* La cavalerie démontée : La tactique était d'attendre l'attaque de l'adversaire. Cela pouvait durer longtemps... Elle était très utilisée par les Anglais, les Français, quant à eux l'appréciaient peu et l'employèrent bien trop tardivement.
* L'infanterie : Le corps d'infanterie avait trois dispositifs de combats : en ligne de front sur quelques rangs formant une sorte de rempart ; en cercle très en usage chez les Suisses, employé par les Français à Bouvines ; en bloc comme la bataille en forme de quadrilatère, auquel s'ajoute un triangle d'hommes faisant face à l'adversaire. Une telle formation de 10 000 hommes occupait une surface de 60 m sur 60.



Sièges et places fortes

Les Sièges

La plupart du temps, face à l'arrivée d'une massive armée, la seule solution adoptée est d'aller se retrancher dans une place forte où l'on s'organisera pour soutenir le siège. La guerre de l'époque n'est donc qu'une succession de perte et de reprise de places fortes émaillés par de fulgurantes charges de chevaliers. Si l'attaque échouait, les chevaliers survivants se retranchaient à nouveau derrière les murailles de la place forte. C'est ce que l'on appelle la guerre guerroyante. Les armées se livraient alors à une incroyable partie d'échecs qui consistait à s'emparer des places fortes, car celui qui les dominait, contrôlait tout le fief.


Le siège d'Orléans par Jeanne d'Arc

Le château fort

Le château est le lieu de résidence du seigneur, plus il est imposant et doté de moyens de défense, plus le seigneur affirme sa puissance et sa gloire. Mais c'est aussi un lieu militaire protégeant les biens et habitants du fief. Les premiers châteaux furent des tours en bois établies sur des collines que l'on protégeait par plusieurs palissades et fossés. Vulnérables aux feu et autres armes de jet, la pierre fut utilisée sous l'impulsion de normands. Les premiers donjons en pierre étaient carrés, par la suite on les faisait arrondis pour réduire les angles morts. Puis sous l'impulsion de Philippe Auguste en France, les châteaux devinrent de véritables forteresses. Il devenait alors difficile de s'en emparer. La méthode la plus courante était le siège, on encerclait le château pour le couper des ressources. En manque d'approvisionnement, les assiégés finissaient par se rendre. Cependant le château pouvait contenir une grande quantité de ressources et le siège pouvait durer des années. Il fallait alors passer à la prise du château.

Cliquez sur les étiquettes pour avoir la description des éléments du château.
Les parties du château
La chapelle : Proche du logis du maître des lieux. Le seigneur assiste à la messe chaque matin. L'hiver on met du foin sur le sol pour ne pas avoir trop froid aux genoux.

Les corps d'armées

La cavalerie
Généralement, il y avait trois divisions de cavalerie, la première vague devait enfoncer l'ennemi, le gêner et le disperser, pour que les deux suivantes vagues puissent le mettre en déroute. Les chevaliers, qui étaient l'élite de l'armée obéissait rarement aux ordres, ils combattaient uniquement pour leur gloire personnelle, la victoire n'était qu'au second plan. Parfois, les stratèges mettaient leurs cavaliers à pied à combattre avec les fantassins en renfort, on se plaçait derrière des dispositifs (pieux, tranchées) pour contrer des charges. La bataille de Crécy (1346) montre bien l'indiscipline des chevaliers, les Français qui étaient bien plus nombreux se sont butés face aux archers Anglais qui se retranchaient derrière des pieux, ils étaient appuyés par des chevaliers à pied, et vainquirent les Français. Mais à la fin du Moyen Âge, le rôle de la cavalerie lourde était beaucoup plus réduit, les stratèges avaient compris qu'il ne suffisait pas de charger des troupes d'infanterie bien disciplinées. Les charges dévastatrices étaient encore possible, mais lorsque l'ennemi était en fuite et désorganisé.
Les archers
Pendant le Moyen Âge, il y avait toute sorte d'armes de jet (arc court, arc long, arbalète), l'avantage des archers était de pouvoir tuer l'ennemi sans engager de combat individuel. Très pratiqué dans les temps anciens, l'arme de jet s'oublia au début du Moyen Âge où les chevaliers dominaient les territoires. Le code d'honneur rejetait l'arc, qui est considéré comme l'arme d'un lâche. Mais les archers demeuraient utiles pour les sièges et batailles, ils furent déterminant au cours des batailles d'Hastings (1066) et Crécy (1346). Les archers étaient en formation compacte, leurs flèches pouvaient percer une armure à moins de cent mètres. Les Anglais utilisèrent beaucoup les archers car ils étaient désavantagés lorsqu'ils se battaient hors de leur île. Ils développèrent la tactique du tir de barrage, plutôt que de viser une cible individuelle, ils visaient la zone qu'occupait l'ennemi. Ils pouvaient en outre tirer six flèches à la minute. Les arbalétriers devinrent incontournables dans les autres armées d'Europe, qui bénéficient d'une meilleure précision. Vers le XIVe siècle, les premières armes à feu de poing apparurent aux champs de bataille.


La bataille d'Hastings (1066)

Épisode extrait de la Tapisserie de Bayeux
L'infanterie
Pendant l'Âge sombre, les fantassins étaient prédominant dans les armées, la tactique était simple, on s'approchait de l'ennemi et on lui donnait de grands coups d'épées. Les Francs lançaient leurs haches avant de se précipiter sur l'ennemi pour briser leurs rangs. L'arrivée des chevaliers éclipsa l'infanterie, qui manquait de discipline et d'entraînement, il s'agissait souvent d'une milice de paysans. Les Saxons et les Vikings utilisaient leurs bouclier en avant pour se protéger des archers et des cavaliers. Les pays vallonnés (Écosse, Suisse) apprirent à utiliser l'infanterie contre l'ennemi, les lanciers et piquiers armés de lances et de pointes pouvaient ainsi mettre en déroute une cavalerie. Les Écossais plaçaient un cercle de lanciers pendant leurs guerre d'indépendance (comme dans le film « Braveheart »). Les Suisses se spécialisèrent avec l'utilisation des piques en réadaptant les formations de phalanges grecques. Pour contrer ces lourdes formations serrées, les Espagnols eurent l'idée d'utiliser l'artillerie, puis chargeait avec une infanterie équipés d'armes légères.

Les armures

Les informations ci-dessous sont tirées du site www.donjons-de-france.com que nous remercions pour sa coopération.
L'armure du soldat
Très vite, on comprit que se défendre du combat était aussi important que porter un coup à l'ennemi. Le terme "armure" n'apparaît qu'au XVe siècle pour désigner les protections en aciers, auparavant on parlait d' harnois ou d' adoubement. Les premières armures étaient faites en cuir, les Grecs et les Romains utilisèrent le bronze. A la chute de l'empire, l'armure disparût, les barbares ne portaient qu'un bouclier et un casque. A l'époque carolingienne, l'armure réapparaît, on plaçait des pièces de métal (écailles, rectangulaires, anneaux) sur une large étoffe, c'est la broigne, utilisée par les Carolingiens et les Normands. Au XIIe siècle, on adopta le haubert (cotte de maille), véritable tissu de métal. Un capuchon de maille et des gants de peaux complétaient parfois l'équipement. Puis, au XIIIe siècle, on complétait la cotte de maille avec des gantelets et des chausses de mailles, on ajoutait ensuite des pièces de fer, car le haubert était vulnérable aux armes de choc (masse, marteau). Puis bras, torse, coudes, jambes furent tour à tour protéger. Au XIVe siècle, il y eut une transition entre la cotte de mailles et l'armure de plates complètes, avant d'être abandonnée par l'apparition des armes à feu.



1 - XIIe siècle - Haubert de mailles long, casque conique à nasal
2 - XIIIe siècle - Cotte de mailles complétée de chausses et de gantelets, surcot, heaume cylindrique
3 - XIVe siècle - Gambison et haubert, surcot, cubitières, genouillères et grèves
4 - XVe siècle - Armure de plates complète, gorgerette de mailles et bassinet

Le heaume

Le heaume désigne l'armure de tête, le terme fait son apparition au XIIe siècle, l'utilisation du casque remonte cependant à l'Antiquité. Les améliorations successives du casque consistèrent à couvrir de plus en plus le visage rendant difficile l'identification de son propriétaire. C'est peut-être l'origine de l'Héraldique, la science des blasons. Un épisode très célèbre figure dans la tapisserie de Bayeux, Guillaume le Conquérant enlève son casque pour être reconnu par ses hommes qui le croyait mort. Au Xe siècle, on utilisait le casque conique à protection nasale qui fut importé par les Normands. A partir du XIIIème siècle, pour mieux protéger le visage, on créa un heaume cylindrique enveloppant la tête entière avec des fentes uniquement pour les yeux. Ces heaumes étaient lourds et rendaient la respiration difficile. L'amélioration des techniques de travail du fer permit de revenir à une forme conique sur le dessus du heaume qui protégeait davantage que la forme plate, tout en conservant une protection du visage. Le bassinet, qui apparut vers le début du XIVe siècle améliora considérablement le confort. Il était moins lourd et possédait une visière pouvant être relevée. A la fin du XIVème siècle, le heaume à "tête de crapaud" fait son apparition (utilisé lors des tournois et joutes).



1 - Casque conique avec protection nasale (XIe siècle)
2 - Heaume cylindrique à dessus plat (XIIe siècle)
3 - Heaume à bassinet (XIIe siècle)
4 - Heaume à "tête de crapaud" (XIVe siècle)

L'écu

Le bouclier est la plus courante et ancienne des armes de défense, spontanément, les hommes utilisaient des pièces de bois pour parer les coups. Puis on y installa des attaches destinés à maintenir le bouclier d'une seule main, parfois on y ajoutait une sangle pour reposer le bouclier sur le dos afin de manier des armes lourdes. Les premiers boucliers étaient ronds, mais ce sont les Romains qui adoptèrent les boucliers à bords droits, beaucoup plus efficaces contre les projectiles. Mais au Moyen Âge, les Francs et les Vikings utilisaient plutôt des boucliers ronds recouverts de cuir pour une meilleure rigidité. On appelle écu, le bouclier du Moyen Âge. Dès le XIe siècle, les Normands adoptèrent le bouclier long, arrondi sur le dessus, et se prolongeant pour protéger les jambes. L'amélioration des armures et l'utilisation du cheval contraignit les soldats à employer un bouclier plus petit. A partir du XIIIème siècle, l'écu porte régulièrement les armoiries de son propriétaire ce qui permet de l'identifier. Au XIVe siècle, le bouclier de tournoi, plus petit apparût, il possédait une encoche sur le dessus afin de maintenir la lance. Le pavois fit également son apparition, il s'agissait d'un grand bouclier ovale porté par les fantassins et les arbalétriers, qui le plantaient dans le sol pour se protéger lors du rechargement de leurs armes.



1 - Bouclier Vicking avec l'umbo au centre
2 - Bouclier Normand du XIe siècle
3 - Écu en V du XIIIe siècle

Les armes

Les armes de corps à corps


* L'épée : C'est l'arme la plus utilisée par l'homme d'arme du Moyen Âge. L'époque carolingienne voit s'installer l'épée longue (les Romains utilisaient des épées courtes). Elle devint alors une arme noble et le chevalier lui donnait parfois un nom (Durandal, l'épée de Roland). A la fin du XIIe siècle, la poignée devient plus longue pour être portée à deux mains. On distingue deux types d'épées, lames légères et lourdes qui servent à frapper d'estoc ou de taille (de la pointe ou du tranchant), les chevaliers possédaient souvent les deux types de lame.
* La lance : C'est une arme très ancienne, on utilise un long bâton équipé d'une pointe en fer. Au XIe siècle, la lance ne dépassait pas trois mètres, elle servait à charger l'ennemi. On y ajouta une garde d'acier pour protéger la main du chevalier. Au XIVe siècle, on utilisait un crochet fixé sur l'armure afin que le chevalier puisse maintenir la lance sous l'aisselle. La lance fut ainsi plus longue et plus lourde.
* Le fléau : C'est un manche de bois muni d'une chaîne métallique sur laquelle est accroché une masse de fer, les Français ne l'utilisaient que très peu. Elle était particulièrement destructrice pour les hauberts, elle fut ensuite rallongée, pour atteindre les cavaliers. La masse était généralement sphérique et armé de pointes. Une variante du fléau : le goupillon possédait plusieurs chaînes garnies de boules à pointes acérés.
* La hache : Les peuplades germaniques furent les premiers à utiliser la hache (outil) au combat. Les Francs utilisaient la francisque (hache courte à une lame), qu'ils pouvaient lancer à 3-4 mètres pour ouvrir le combat. Ils utilisèrent plus tard la hache Danoise, longue (1m50) tenue à deux mains. Au XIVe siècle, des haches nouvelles apparurent (hallebarde), pouvant frapper de taille et d'estoc (tranchant et pointe).
* La masse : Composée d'un manche et d'une tête garnie de pointes, on l'utilise dès le XIIe siècle. La masse pouvait briser un crâne ou même casser un membre à travers le haubert. Plus tard, la masse était formée d'une série de lames, le manche fut fabriqué en fer pour éviter qu'il se casse.



1 - Le fléau
2 - La hache
3 - La masse
4 - La hache francisque

Les armes de jet


* L'arc : Arme qui date du néolithique, il s'agit d'un bâton de bois courbé avec une corde liée aux extrémités. L'arc composite fut une avancée majeure, améliorée au niveau de la corne et des nerfs. Les flèches devaient avoir une trajectoire stable pour être efficace, généralement peu coûteuses, elles étaient produites en quantité. La taille des flèches dépendaient de la difficulté à bander l'arc. L'archer était vêtu légèrement pour pouvoir se mouvoir plus facilement, pour sa survie, il devait disposer d'une arme supplémentaire (couteau, épée).
* L'arbalète : Cette arme dérive de l'arc, elle est utilisée dès le Xe siècle. L'arc est posé sur une pièce en bois qui le maintient ( arbrier) et d'un mécanisme ( noix) qui permet de maintenir la corde tendue, de lâcher la flèche, et de bander l'arc. L'arbalète est plus puissante et précise que l'arc mais sa cadence est plus faible. Les flèches courtes étaient appelés les carreaux (15 à 30 cm). Le pape Innocent II interdit en 1139 l'usage de cet instrument (qui dit-on fut inventé par le diable), mais elle fut employée contre les infidèles lors de la IIIe croisade. Les différentes arbalètes se caractérisent par leur mécanisme :

o L'arbalète à croc : tout en maintenant l'arbalète des deux mains, le soldat engageait son pied dans un étrier et tendait la corde en poussant l'arme.
o L'arbalète à pied de biche : constituée d'un levier à deux branches, lorsqu'on le basculait, il ramenait deux crochets vers l'arrière qui bandaient l'arc. Elle était beaucoup utilisée par les arbalétriers à cheval.
o L'arbalète à moufle : une corde attachée à un treuil était placé à l'aide d'un crochet sur la ceinture du soldat qui en tirant dessus rabaissé le treuil et bander l'arc, c'est la plus puissante des arbalètes.
o L'arbalète à cranequin : constitué d'un tambour rotatif qui sous l'effet d'une manivelle se déplaçait sur une roue dentée à crémaillère. Un stratège chinois inventa au IIIe siècle une arbalète à répétition qui pouvait tirer dix traits en quinze secondes.



1 - Archer
2 - Arbalétrier
avatar
elsamarie

Messages : 2195
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'art de la guerre au Moyen Age

Message  elsamarie le Jeu 5 Aoû - 10:51

Stratégie et Tactique:


L'Art de la Guerre au Moyen Age

La vision traditionnelle de la guerre au Moyen Âge en Europe était empreinte de l'image du chevalier dominant le champ de bataille médiéval entre 800 et 1400. Ces chevaliers étaient enserrés dans leurs armures et dotés de lances, écartant, embrochant et abattant les troupes à pied qu'ils trouvaient sur leur chemin avant de s'affronter entre eux pour décider du sort de la bataille. Mais l'ère des chevaliers prit fin lorsque l'infanterie, grâce à des armes nouvelles (les armes à feu) et à la renaissance d'anciennes pratiques (les grandes formations de soldats armés de piques) réussit à reconquérir une position dominante sur les champs de bataille. La vision du chevalier dominateur était renforcée par la création artistique et par les rares récits mettant en scène des nobles chevaliers, ignorant totalement les roturiers et les paysans qui combattaient à pied. Ainsi, l'imagerie du chevalier maître du champ de bataille et d'une guerre réduite à des charges de cavalerie ne reflète pas la réalité.
Les troupes à pied étaient un élément important de toutes les armées du Moyen Âge. Elles combattaient au corps à corps et se servaient d'armes de jet (diverses sortes d'arcs et plus tard des armes à feu). Pendant les sièges de châteaux, voire de villes fortifiées, ces fantassins jouaient un rôle essentiel dans les deux camps.
L'art de la guerre au Moyen Âge était en fait dominé par les sièges de toutes sortes ; les batailles à découvert entre armées étaient en réalité peu fréquentes. Les armées se livraient plutôt des sortes de grandes parties d'échecs, prenant châteaux et villes importantes et évitant tout engagement pouvant entraîner des pertes importantes.
Lorsqu'une bataille rangée avait toutefois lieu, la puissance des chevaliers pouvait effectivement avoir des effets dévastateurs. Si une charge déterminée de la cavalerie lourde pouvait s'avérer décisive, la victoire revenait cependant beaucoup plus sûrement à celui des deux camps sachant utiliser au mieux ses trois corps d'armée, à savoir l'infanterie, les troupes armées d'armes de jet et la cavalerie. Il ne faut pas non plus négliger d'autres facteurs qui ont toujours pesé sur l'issue des batailles, à savoir un usage intelligent du terrain, le souci de maintenir le moral des troupes, mais aussi le commandement, la discipline et la tactique.

Stratégie


La stratégie militaire médiévale avait pour objectif de contrôler le substrat économique de la richesse et donc la capacité à lever des armées. Au début de cette époque, ceci consistait surtout à piller ou défendre la campagne, car celle-ci était la source principale des revenus (élevage et cultures). Progressivement le contrôle des bourgs prit plus d'importance, car ceux-ci constituaient des centres de richesse provenant du commerce et de l'artisanat.
La défense et la prise des châteaux était un élément clef de la guerre, car ils défendaient les fermes. Les guerriers occupant le château contrôlaient leur voisinage. Lorsque la taille des bourgs augmentaient, ils étaient également fortifiés. Le contrôle du bourg devint peu à peu plus précieux que celui du château.
Les armées de terrain manoeuvraient pour prendre les places fortifiées plus importantes et pour piller la campagne ou pour empêcher l'ennemi de faire de même. L'objectif des batailles rangées était de mettre fin aux destructions causées par les invasions ennemies. Par exemple, la bataille de Hastings en 1066 visait à stopper l'invasion des terres anglo-saxonnes par les Normands. Les Anglo-saxons la perdirent et les Normands, sous la conduite de Guillaume le Conquérant, passèrent plusieurs années à établir un contrôle de l'Angleterre par une campagne de conquête. Un autre exemple est celui de la bataille de Lechfield en 955 qui opposa les bandes armées des Germains et Hongrois venues de l'Est. La victoire décisive des Germains, sous le commandement d'Otto Ier, mit fin aux invasions hongroises. La défaite des Maures en 732 par Charles Martel arrêta les attaques des musulmans et les força à se cantonner à la péninsule ibérique.
Les batailles de Crécy, Poitiers et Azincourt, qui se sont déroulées pendant la Guerre de Cent ans entre les Anglais et les Français, avaient toutes pour but de stopper les incursions anglaises. Les Français les perdirent toutes trois et les attaques des Anglais se poursuivirent. Toutefois, dans ce cas, les attaques ne suffirent pas aux Anglais pour établir un contrôle permanent et se furent finalement les Français qui gagnèrent la guerre.
L'objectif des Croisades était de prendre possession des places fortes les plus importantes de la Terre Sainte, afin d'assurer le contrôle de cette région. Les guerres saintes avaient pour but de briser le contrôle établi par une des deux parties. La victoire de Hattin en 1187 par les Sarrasins sous l'égide de Saladin permit de reconquérir Jérusalem.

Tactiques de Combat

D'affrontements entre bandes armées peu organisées, les batailles médiévales devinrent lentement des combats où la tactique et les manoeuvres avaient leur importance. Cette évolution s'est faite en partie suite à l'émergence de nouveaux types de soldats et d'armes et à l'apprentissage du maniement de ces dernières. Les premières armées de l'Âge sombre n'étaient composées que de fantassins. Avec l'apparition de la cavalerie lourde, les meilleures armées devinrent des groupes de chevaliers. On emmenait les fantassins pour qu'ils dévastent les cultures et fournissent la main d'oeuvre nécessaire lors des sièges. Pendant les batailles, les dangers qui guettaient les fantassins venaient des deux parties au combat, lorsque les chevaliers cherchaient à engager un combat individuel. C'était surtout le cas pour les fantassins du début de la période qui étaient soit enrôlés de force soit des paysans sans entraînement militaire. Les archers étaient également utiles lors des sièges, mais ils courraient le risque d'être écrasés par les chevaux.
À la fin du 14ème siècle, les stratèges savaient mieux discipliner leurs chevaliers et parvenaient à coordonner leur armée. Dans l'armée anglaise, les chevaliers respectaient les grands archers (même s'il le faisait à contrecoeur), car ces derniers avaient prouvé leur valeur sur de nombreux champs de bataille. La discipline s'améliora également car de plus en plus de chevaliers se battaient contre argent sonnant et trébuchant et non plus pour l'honneur et la gloire. En Italie, les soldats mercenaires acquirent une certaine renommée, car dans leurs rangs les pertes étaient faibles, même lors des longues campagnes. Déjà à cette époque, tout soldat, quel que fut son rang, était un atout dont il fallait prendre soin. Des armées féodales cherchant la gloire, on passa aux armées professionnelles dont l'objectif était de survivre afin de profiter de la solde.

Tactiques de la Cavalerie


La cavalerie était généralement divisée en trois groupes ou divisions qu'on envoyait à la bataille l'une après l'autre. La première vague devait enfoncer les rangs de l'ennemi ou le gêner assez pour que la seconde ou la troisième vague puisse y parvenir. Une fois l'ennemi mis en déroute, les captures et tueries pouvaient avoir lieu.
En réalité, les chevaliers suivaient leurs intérêts au détriment des plans des stratèges. L'intérêt principal des chevaliers était l'honneur et la gloire, et ils usaient de manigances pour être au premier rang de la première division. La victoire finale n'était qu'au second plan, derrière la gloire personnelle. Quels que fussent les plans établis, les chevaliers chargeaient dès qu'ils apercevaient l'ennemi...
Les stratèges mettaient quelquefois leurs chevaliers à pied de façon à mieux pouvoir les contrôler. Ce choix était souvent adopté par les commandants de petites armées, qui n'avaient que peu d'espoir de remporter une victoire en chargeant. Les chevaliers à pied venaient en renforts des combattants tout en soutenant le moral des troupes de roturiers fantassins. Les chevaliers et les autres soldats à pied combattaient derrière des rangées de pieux ou autres dispositifs conçus pour minimiser l'impact des charges de cavalerie.
La bataille de Crécy, en 1346 est un bon exemple de conduite indisciplinée de la part des chevaliers. L'armée française était environ quatre fois plus nombreuse que l'armée anglaise (40 000 hommes contre 10 000) et comprenait beaucoup plus de chevaliers montés. Les Anglais divisèrent leurs troupes en trois groupes de grands archers protégés par des pieux enfoncés dans le sol. Entre les trois groupes, se trouvaient deux groupes de chevaliers à pied. Un troisième groupe de chevaliers à pied fut gardé en réserve. Des arbalétriers mercenaires génois furent envoyés par le roi de France pour attaquer l'armée anglaise à pied, pendant qu'il essayait de former trois divisions de chevaliers. Toutefois, les arbalètes étaient humides et totalement inefficaces. Les chevaliers français ne tinrent pas compte des tentatives d'organisation de leur roi : dès qu'ils virent l'ennemi, ils oublièrent toute discipline et se mirent à crier «À mort ! À mort ! ». Le roi de France se montra alors impatient avec les Génois et ordonna à ses chevaliers de charger. Ceux-ci écrasèrent les arbalétriers sur leur chemin. Même si la bataille dura toute la journée, les chevaliers anglais à pied et les grands archers (qui avaient conservé leur arcs à l'abri) vainquirent les Français qui s'étaient battus en ordre dispersé.
À la fin du Moyen-Âge, le rôle de la cavalerie lourde était fortement réduit : du point de vue militaire, elle avait quasiment la même importance que les troupes de fantassins et de lanceurs. Les stratèges savaient qu'il était futile de charger des troupes d'infanterie bien implantées et disciplinées. Les règles avaient changé. Les pieux, les pièges à chevaux et les tranchées étaient couramment employées par les armées pour les protéger contre les charges de cavalerie. Les charges menées contre les rangs serrés des soldats armés de piques et les archers et/ou les tireurs se transformaient en boucherie où on avait peine à distinguer les cadavres des hommes de ceux des chevaux. Les chevaliers devaient alors combattre à pied ou attendre le moment opportun pour charger. Les charges dévastatrices restaient encore possibles, mais seulement lorsque l'ennemi était en fuite, désorganisé, ou qu'on avait réussi à le chasser de derrière ses défenses.

Tactiques des troupes équipées d'Armes à Jet

Pendant la majeure partie de cette époque, les troupes équipées d'armes à jet utilisaient toutes différents types d'arcs. Il s'agissait de l'arc court, puis de l'arbalète et du grand arc. Les archers avaient l'avantage de pouvoir tuer et blesser les ennemis à distance sans devoir engager un combat individuel. La valeur de ces troupes était bien connue des Anciens, mais leur expérience s'était perdue pendant la période d'obscurantisme. Les chevaliers médiévaux dominaient leur territoire et leur époque : leur code d'honneur exigeait qu'ils se battent à mains nues contre un honorable ennemi. En tuer un à distance avec un arc était considéré comme un acte vil : la classe dirigeante ne fit donc que peu d'efforts pour développer cette arme et en améliorer l'efficacité.
Peu à peu, il devint toutefois évident que les archers étaient efficaces et très utiles, à la fois lors des sièges et des batailles. De plus en plus d'armées les intégrèrent à contrecoeur dans leurs rangs. Il est possible que la victoire décisive de Guillaume Ier à Hastings en 1066 soit due aux archers, même si le mérite en revient traditionnellement aux chevaliers. Les Anglo-Saxons tenaient une colline et leur mur de boucliers était si dense que les chevaliers normands ne parvinrent que difficilement à le percer. La bataille resta indécise toute la journée. Les Anglo-Saxons s'aventurèrent hors de leur mur de boucliers, en partie pour essayer d'atteindre les archers normands. Lorsqu'ils furent à découverts, Guillaume le Conquérant n'eut aucun mal à les écraser. Pendant un certain temps, la victoire sembla toutefois devoir lui échapper, mais, beaucoup pensent que ce sont les archers normands qui firent pencher la balance en faveur des troupes de Guillaume : un jet de flèche chanceux blessa mortellement Harold, le roi anglo-saxon et la bataille prit fin peu après.
Les archers à pied combattaient en formation compacte de plusieurs centaines - voire de plusieurs milliers - d'hommes. À moins de cent mètres de l'ennemi, une flèche d'arbalète ou de grand arc pouvait pénétrer une armure. À cette distance, les archers visaient des cibles individuelles. Ce genre d'actions rendait l'ennemi fou de rage, surtout s'il ne pouvait pas riposter. Dans une situation idéale, les archers décimaient la formation ennemie en tirant sporadiquement sur elle. L'ennemi était certes protégé de la cavalerie derrière les pieux, mais il ne pouvait éviter toutes les flèches ou les traits qui pleuvaient sur leur tête. Si l'ennemi quittait sa protection et chargeait les archers, la cavalerie lourde intervenait pour sauver les archers. Si la formation ennemi défendait son territoire sans bouger, les pertes pouvaient atteindre une telle proportion qu'une charge de cavalerie légère suffisait alors pour anéantir l'opposant.
En Angleterre, le rôle des archers était reconnu et ceux-ci étaient bien payés, parce que les Anglais étaient désavantagés lorsqu'ils faisaient la guerre hors de leur île. Lorsqu'ils apprirent à utiliser ces grandes unités d'archers, ils commencèrent à remporter des victoires, même s'ils étaient généralement en nombre inférieur. Profitant de l'avantage que leur conférait la portée des grands arcs, les Anglais développèrent la tactique du tir de barrage. Plutôt que de viser une cible individuelle, les grands archers visaient la zone qu'occupait l'ennemi. Leur puissance de tir pouvait atteindre 6 flèches à la minute: 3 000 grands archers pouvaient donc tirer 18 000 flèches par minute sur une formation ennemie. L'effet de ce tir sur les montures et les hommes était dévastateur. Les chevaliers français qui prirent part à la Guerre de cent ans parlaient de cieux obscurcis par les nuées de flèches et du sifflement des projectiles.
Les arbalétriers devinrent incontournables dans les autres armées européennes, tout spécialement dans la milice et dans les forces armées professionnelles levées par les villes. Avec un minimum d'entraînement, un arbalétrier devenait un soldat efficace.
Vers le XIVème siècle, les premières armes à feu de poing firent leur apparition sur les champs de bataille. Lorsqu'elles devinrent efficaces, leur puissance surpassa celle des arcs.
La difficulté rencontrée avec les archers est qu'il fallait les protéger pendant le tir. Pour être efficaces, il leur fallait se trouver relativement près de l'ennemi. Les grands archers anglais emportaient des pieux sur le champ de bataille et les enfonçaient dans le sol à l'aide de maillets. Il les plaçaient devant l'endroit duquel ils désiraient tirer. Ces pieux les protégeaient de la cavalerie ennemie. Ils comptaient sur leur puissance de feu pour combattre les archers ennemis. Ils étaient en position d'infériorité en cas d'attaque de fantassins ennemis. Les arbalétriers portaient un grand bouclier, le pavois. Il était muni de supports et pouvait former de véritables murailles derrière lesquelles les hommes pouvaient tirer.
Vers la fin de cette époque, les arbalétriers et les soldats armés de piques combattaient ensemble en formations mixtes. Les piques servaient à repousser les unités de combat rapproché ennemies, pendant que les troupes équipées d'armes de jet (arbalètes) ou d'armes à poing tiraient dans les formations ennemies. Ces formations mixtes apprirent à se mouvoir et à attaquer. La cavalerie ennemie devait se retirer devant une force disciplinée constituée de soldats armés de piques, d'arbalètes et d'armes à poing. Si l'ennemi ne pouvait riposter en utilisant la même technique, il avait peu de chances de remporter la victoire.

Tactiques de l'Infanterie

La tactique des fantassins de l'Âge sombre était très simple : s'approcher de l'ennemi et donner de grands coups d'épées. Les Francs lançaient leur haches juste avant de fondre sur l'ennemi, afin d'en briser les rangs. Les guerriers se reposaient sur leur force et leur férocité pour vaincre.
L'arrivée des chevaliers éclipsa temporairement l'infanterie, surtout parce qu'il n'existait pas alors d'infanterie disciplinée et bien entraînée. Les fantassins des premières armées médiévales étaient surtout des paysans dont l'armement était d'aussi mauvaise qualité que la formation militaire.
Les Saxons et les Vikings développèrent une technique de défense appelée le mur de boucliers. Les hommes se tenaient les uns à côté des autres et plaçaient leurs boucliers devant eux, formant ainsi une véritable muraille. Ceci les protégeait contre les archers et la cavalerie dont leur armée était dépourvue.
L'infanterie connut un regain de succès dans les régions où manquaient les ressources nécessaires pour lever des armées comprenant une cavalerie lourde, tels que les pays vallonnés (Écosse ou Suisse), et dans les bourgs en pleine émergence. Il était nécessaire, pour ces deux types de populations, de mettre en place une armée ne contenant que peu ou pas de cavalerie. Ces deux groupes découvrirent que les chevaux ne pouvaient pas charger dans une barrière faite de pieux cassants ou de pointes de lance. Une force disciplinée de lanciers pouvait arrêter la cavalerie lourde de l'élite des riches nations et seigneurs pour une partie infime du coût d'une unité de cavalerie lourde.
La formation schiltron était composée d'un cercle de lanciers. Elle fut utilisée pour la première fois par les Écossais pendant les guerres d'indépendance, vers la fin du XIIIème siècle (on les voit dans le film "Braveheart"). La schiltron s'avéra être une formation défensive efficace. Robert Ier Bruce ne livrait bataille aux chevaliers anglais qu'en terrain marécageux, ce qui diminuait beaucoup l'efficacité d'une charge de cavalerie lourde.
Les Suisses devinrent réputés pour leur capacité à combattre avec des piques. En fait, ils utilisaient fondamentalement la formation de la phalange grecque et maniaient adroitement les longues piques lors des combats. Ils formaient des carrés d'hommes et les quatre rangs extérieurs tenaient leurs piques légèrement inclinées vers le sol, formant ainsi un barrage efficace contre la cavalerie. Les rangs arrières étaient armés de piques équipées de lame pour attaquer les ennemis se rapprochant de la formation. Les Suisses étaient tellement bien entraînés qu'ils étaient capables de se mouvoir avec célérité, ce qui faisait également de cette formation de défense une formation d'attaque efficace.
La réponse aux formations serrées armées de piques fut l'artillerie qui ravageait les rangs des formations denses. Il semble que ce soient les Espagnols qui l'utilisèrent efficacement pour la première fois. Ces derniers combattaient aussi les soldats armés de piques de manière efficace avec des troupes équipées d'épées et de bouclier. Les soldats portaient des armes légères et pouvaient se faufiler entre les piques et livrer combat avec de courtes épées. Leur bouclier était de petite taille et fort maniable. À la fin du Moyen-Âge, les Espagnols furent également les premiers à s'essayer aux formations mixtes composées de soldats armés de piques, d'épées, et d'armes à poing. C'était une force efficace qui pouvait affronter tout type d'opposants sur divers terrains, à la fois en défense et en attaque. À la fin de cette ère, les Espagnols représentaient la force de combat la plus efficace d'Europe.
avatar
elsamarie

Messages : 2195
Date d'inscription : 14/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum